Palmarès des dix carrières en science les plus prometteuses

Palmarès des dix carrières en science les plus prometteuses
Sarah Groom, Account Manager - Pharmaceutical and Biotechnology at Groom
Sarah Groom

25 mai 2022 • Temps de lecture estimé : 10 mins

Bien que le poids de la pandémie ait lourdement pesé sur la société au cours des dernières années, l’industrie pharmaceutique, le secteur manufacturier et d’autres sphères d’activités n’ont cessé de prospérer au pays. À l’heure actuelle, le Canada figure parmi les meilleurs au monde en matière d’emploi dans le domaine des sciences. La tendance étant aux soins de santé et aux diagnostics de pointe, à l’énergie verte et à l’apprentissage automatique, cela contribue à la demande grandissante pour des scientifiques qualifiés, issus de divers milieux.

Selon un rapport du gouvernement canadien, 8 000 nouvelles offres d’emploi sont à prévoir d’ici 2028 pour les professionnels des sciences biologiques. Cette catégorie de travailleurs regroupe des chercheurs, des techniciens, des médecins et d’autres membres essentiels du personnel de soutien.

D’après les données de nos clients, ainsi que des ressources en ligne accessibles au public, voici quelques-unes des carrières scientifiques les plus en demande (et les mieux rémunérées) au Canada.

1. Généticiens

Comme le nom l’indique, les généticiens étudient les gènes et l’ADN. Ils se spécialisent notamment dans la structure ou la fonction des gènes, dans le rôle que joue la génétique dans la maladie et le vieillissement ou encore, dans l’étude des variations génétiques. De nombreux généticiens sont indispensables au secteur médical, mais certains spécialistes sont également prisés en sciences environnementales, en agriculture et même en médecine légale. La génétique s’appliquant à plusieurs domaines, il n’est pas étonnant de constater une demande considérable et croissante pour cette spécialité. 

Pour les postes de généticiens de haut niveau, les candidats doivent généralement détenir un doctorat en médecine ou un diplôme équivalent, et parfois même une certification supplémentaire – par exemple en génétique médicale – auprès du Collège canadien des généticiens médicaux ou du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

2. Ingénieurs agricoles

En raison de la croissance marquée de la population canadienne et du besoin incontesté pour une agriculture sûre et durable, les ingénieurs agricoles sont de plus en plus recherchés. Leur mandat vise généralement à analyser les techniques agricoles, puis à évaluer ou à développer de nouvelles opérations pour améliorer les rendements, préserver les milieux environnementaux et optimiser l’utilisation des terres.

Non seulement les ingénieurs agricoles contribuent à garantir que les individus aient accès à des aliments sains et nutritifs, mais ils occupent également une place de premier rang dans l’essor de l’agriculture durable – un défi de taille qui pourrait avoir un impact à l’échelle planétaire au cours des prochaines décennies, notamment en regard des changements climatiques. Plusieurs universités de renom proposent des diplômes en génie agricole, et il existe de nombreux postes de premier échelon pour les nouveaux diplômés, en plus des postes de direction très bien rémunérés.

3. Pathologistes

Les pathologistes étudient différentes maladies, dont le cancer, et travaillent généralement en laboratoire. Certains se spécialisent uniquement dans la détection du cancer à partir d’échantillons de tissus, tandis que d’autres se concentrent plutôt sur les causes et les manifestations de la maladie.

Au Canada, le cancer et les maladies font malheureusement toujours rage, et les dépenses gouvernementales afférentes à la recherche médicale sont élevées. Ainsi, les pathologistes sont plus que jamais en demande.

4. Directeurs de laboratoire

La principale tâche de ces professionnels est de veiller au bon fonctionnement des laboratoires. Ils sont généralement chargés de commander et d’entretenir l’équipement, de dicter les règles de sécurité et de gérer les horaires du personnel. De plus, ils s’assurent que tous les membres de l’équipe aient reçu les formations requises et qu’ils soient au fait des moindres changements au programme. Les directeurs de laboratoire travaillent en étroite collaboration avec les scientifiques et les techniciens de laboratoire dans le but de maintenir l’harmonie entre les parties prenantes.

Contrairement aux scientifiques qui doivent détenir un doctorat afin de pratiquer, les directeurs de laboratoire peuvent quant à eux exercer leur profession après avoir complété un baccalauréat en sciences et une formation technique. Pour exceller en son domaine, le directeur de laboratoire doit posséder d’excellentes compétences en communication et organisationnelles, en plus de certaines connaissances pratiques.

5. Scientifique des matériaux

Ces professionnels travaillent principalement dans les secteurs de la fabrication et de l’énergie, car ils étudient les propriétés des matériaux. Leurs expérimentations et analyses permettent de développer de nouveaux matériaux, ou d’optimiser ceux qui existent déjà. Ces matériaux peuvent inclure des structures naturelles et synthétiques telles que le métal, le caoutchouc ou les polymères.

Un scientifique des matériaux peut travailler à la fois avec des scientifiques et des ingénieurs, et son apport peut être crucial à la conception de produits couramment utilisés au quotidien, qu’il s’agisse d’équipement de sécurité ou de matériaux de construction. Partout au Canada, les perspectives d’emploi abondent pour les scientifiques des matériaux, en particulier dans l’industrie de l’énergie verte.  

6. Technicien nucléaire

Bien que le Canada soit reconnu pour ses sables bitumineux prolifiques et ses ressources hydroélectriques, le nucléaire demeure une forme d’énergie très importante au pays. Le territoire canadien regroupe un total de six centrales nucléaires, ce qui représente une capacité combinée de 14 071 mégawatts. L’une d’entre elles, située à Bruce, en Ontario, est la plus grande centrale nucléaire en fonction au monde! Pour cette raison, les techniciens nucléaires et autres scientifiques et ingénieurs du même secteur sont en forte demande.

Ces professionnels jouent souvent un rôle de soutien auprès des ingénieurs et des physiciens. À la centrale, un technicien nucléaire aide généralement à la gestion de l’équipement et des outils de surveillance utilisés pour actionner et contrôler les réacteurs nucléaires. Les centrales comptent sur les techniciens nucléaires en vue d’assurer le bon fonctionnement et la sécurité des lieux. Étant donné le potentiel qu’un accident aux proportions catastrophiques se produise, force est de constater que les techniciens et les scientifiques nucléaires qualifiés sont toujours en demande dans ce secteur florissant.

7. Scientifique biologique

Ce titre est très large en soi, mais les biologistes sont indispensables à la recherche sur les matières premières et les organismes vivants de toutes sortes, nous permettant ainsi de mieux comprendre les maladies et notre environnement naturel. Les biologistes spécialisés dans divers domaines peuvent travailler dans des laboratoires financés par l’état, dans des universités et pour des entreprises privées dans une multitude de secteurs.

Les scientifiques diplômés en biologie poursuivront généralement leurs études et se spécialiseront dans des domaines tels que la biologie marine, la biologie aviaire ou la biologie moléculaire. Au Canada, un diplôme en biologie constitue une excellente base pour ceux qui souhaitent profiter de perspectives d’emploi presque intarissables.  

8. Ingénieur chimiste

Les ingénieurs chimistes possèdent une excellente formation en physique ainsi qu’en biologie et en chimie. Cette formation complète leur permet de bien s’adapter aux nouvelles spécialisations et aux domaines émergents.

À proprement parler, ces scientifiques transforment les matières premières en produits tangibles tels que l’énergie, la nourriture ou les biens ménagers. Au Canada, les ingénieurs chimistes mènent souvent des études dans des domaines liés aux industries chimiques, pétrolières, des pâtes et papiers, alimentaires ou autres industries de transformation. Il existe bon nombre de titres propres au milieu du génie chimique, dont ceux d’ingénieurs en contrôle des procédés chimiques, d’ingénieurs biochimistes, d’ingénieurs en raffinerie et bien d’autres.

9. Chimiste de l’environnement

Alors que les changements climatiques et la pollution menacent de plus en plus notre vie quotidienne, les personnes responsables d’aider les gouvernements à comprendre les enjeux environnementaux sont plus précieuses que jamais. Les chimistes de l’environnement étudient comment les produits chimiques pénètrent dans les écosystèmes et en influencent la composition, et comment l’activité humaine affecte le sol et les eaux souterraines. Ces scientifiques peuvent travailler à la fois sur le terrain et en laboratoire, et ils utilisent la modélisation informatique pour interpréter leurs données.

Les chimistes de l’environnement peuvent travailler dans diverses industries, y compris auprès des géants de l’industrie pharmaceutique ou de l’industrie manufacturière, pour ainsi assurer la sécurité des produits. Alors que les entreprises et les pays assument une plus grande responsabilité en ce qui a trait aux dommages qu’ils infligent à notre planète, les chimistes de l’environnement seront de plus en plus nécessaires.

10. Technicien de laboratoire

Imaginez un studio de cinéma sans spécialistes de l’éclairage, un hôpital sans personnel infirmier ou un cabinet d’avocats sans parajuristes. De toute évidence, aucune de ces institutions ne pourrait opérer sans le soutien d’équipes indispensables qui permettent aux autres de briller. Les techniciens de laboratoire comptent parmi ces acteurs essentiels, opérant souvent en coulisses, mais qui permettent aux laboratoires de fonctionner correctement afin de pouvoir mener des expériences.

En général, les techniciens de laboratoire sont responsables de la gestion et de l’entretien des outils de laboratoire, de l’équipement et même de la manière dont les données sont enregistrées et organisées. Ils sont nécessaires au bon fonctionnement des laboratoires d’un large éventail de secteurs, des sciences médicales aux sciences judiciaires. La plupart des techniciens de laboratoire travailleront en étroite collaboration avec des scientifiques et, selon leur expérience, beaucoup poursuivront leur carrière de manière assez indépendante. Selon un rapport canadien sur l’emploi, les débouchés pour les techniciens de laboratoire (découlant de la demande liée à l’expansion du secteur et au remplacement des personnes retraitées) devraient équivaloir à 20 400 ouvertures de postes d’ici 2028. 

Les professionnels de la recherche sont confrontés à des pénuries de main-d’œuvre quasi sans précédent dans de nombreux secteurs, et celui des sciences ne fait pas exception à la règle. Lorsqu’il s’agit de recruter les meilleurs talents, les responsables du recrutement qui possèdent une formation scientifique sont généralement plus compétents pour communiquer avec les candidats. Les organisations qui ont du mal à pourvoir des postes devront peut-être collaborer avec des recruteurs titulaires d’un diplôme en sciences ou encore, faire appel à une agence spécialisée dans ce secteur d’activité.

Sarah Groom, Account Manager - Pharmaceutical and Biotechnology at Groom
Sarah Groom

Sarah Groom a développé de manière significative la division pharmaceutique et des sciences de la vie de Groom & Associés depuis 2013. Sarah détient une licence et une maîtrise en chimie médicale de l'Université d'Ottawa.